Tout sur TrainController™

Forum de support et d'entraide consacré à TrainController™ logiciel d'exploitation d'un réseau modèle de trains.
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ESU : adresses dans la station ECOS II 50200

Aller en bas 
AuteurMessage
oups65



Nombre de messages : 16
Age : 70
Localisation : Tournai - Belgique
Loisirs : aquariophilie eau douce, modélisme bien sûr
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Dim 29 Sep - 20:41

Ce post n’est pas pour discuter du bien-fondé de l’utilisation du matériel ESU, mais bien du « comment ? ». Merci.

Bonjour,

RRTC me demande les adresses des zones de rétro-signalisation ( ralenti, arrêt, feux, aiguilles, etc..), ainsi que celles des moteurs d’aiguilles.
J’ai à paramétrer une centrale ECOS 50200 avec plusieurs modules de rétrosignalisation  EcosDétector 50094 et fatalement plusieurs modules de commande d’aiguilles SwitchPilot 51800.
.
La problématique est d’avoir la maîtrise dans le choix des n° d’adresses dans la centrale ECOS 50200.
Je souhaite réserver :
- les adresses 1 à 99 pour mes locos ( on peut rêver, non ?) en décodeurs RailCom.
- les adresses 100 à 499 pour la rétrosignalisation en Ecoslink.
- les adresses 500 à … pour la commande d’accessoires en S88 ( moteurs, feux, luminaires, …)
.
Pour la gestion des aiguilles via le Switchpilot 51800, la documentation me semble finalement accessible.  En la lisant et la relisant, et la re-relisant,  j'ai enfin compris ( enfin je crois)  la gestion des adresses entre la centrale et le module switchpilot..
Exemple pour 4 aiguilles pilotées par un module Switchpilot :
Les 4 aiguilles seront encodées dans la centrale ECOS par exemple sous  les n°  509 et 510 et 511 et 512.  C’est mon choix arbitraire pour autant que je respecte les multiples de 4 ( 4, 8, 12, ……. 501, 505 509, 513, ……)
Par contre dans le module switchpilot lui-même, une seule adresse devra être encodée pour ces 4 aiguilles : 128, CV1 = 0, CV2 = 2. C’est le module qui fera lui-même la distinction entre les 4 aiguilles.
On doit cependant absolument respecter  le tableau fournit aimablement par ESU pour trouver la relation entre n° d'aiguilles ( dans mon exemple : 509,510,511,512) à  encoder dans la centrale et les valeurs CV à encoder dans le Switchpilot ( pour mon exemple :  128, CV1 = 0, CV2 = 2).
Bon ok, cela étant acquis, on peut survivre, même si cela reste du charabia d’informaticien. Il suffit d’accepter ce charabia ( ndlr : qui ne semble pas dépendre de ESU, mais des normes internationales).
J’ai donc  finalement mes 4 adresses (509,510,511,512) à encoder dans RRTC pour mes 4 aiguilles.
Il me suffit de faire la même démarche pour toutes mes autres aiguilles, mon doigt sur le tableau des concordances.
Première mission accomplie.
.
Par contre, pour la gestion des cantons en rétro-signalisation, C’est le fog.
Il me faut dire à RRTC quelle est l’adresse de chaque zone de ralentissement, de chaque arrêt gauche, de chaque arrêt droit, …etc.
Il me faut donc les définir précisément dans la centrale Ecos 50200.

Pour le module de rétro-signalisation Ecosdetector 50094 et ses 16 sorties, je suis dans le noir complet.
J’ai beau lire, relire .. etc…. les documentations, je n’arrive pas à trouver comment encoder dans la centrale ECOS 50200 les 16 adresses (entre 100 et 499) d’un des  modules Ecosdetectors 50094.  Problème d’autant plus crucial qu’il me faudra plusieurs modules.

Qui peut m'expliquer ?

Grand merci

Philippe  OUPS65/60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olid

avatar

Nombre de messages : 279
Localisation : Tonneins Lot & Garonne
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Dim 29 Sep - 21:42

Je pense que tu mélanges un peu tout.
L'adressage des locos est indépendant de celui des aiguillages qui est lui même indépendant de la rétro. Tu peux tout à fait avoir une loco, un aiguillage et un canton à l'adresse 1. Tous ces éléments ne se déclarent pas au même endroit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DiCoS69

avatar

Nombre de messages : 10992
Age : 71
Localisation : Haut Beaujolais 69
Emploi : Retraité
Loisirs : Tous loisirs techniques
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Lun 30 Sep - 2:07

Hormis la remarque d'Olid qui est parfaitement fondée, tu parles également de commander des accessoires en S88... il y a comme un HIC! le S88 est un dispositif de rétrosignalisation...
Conclusion, il faut absolument que tu rencontres un utilisateur de l'Ecos pour t'initier à sa pratique...ça doit pouvoir se faire dans le Nord...
Tu parles également de "zones" de ralentissement, d'arrêt droit, d'arrêt gauche, qui ne sont nullement nécessaires avec TC, une seule détection par canton suffit à condition de faire le profil de vitesse de chacune de tes locos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard

avatar

Nombre de messages : 2237
Age : 67
Localisation : Sailly lez Lannoy
Emploi : Architecte
Loisirs : Modélisme.... alpinisme...
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Lun 30 Sep - 5:59

D'abord dans l'écos on peut programmer les machines de 1 à 9999
et les aiguillages de 1 à .....
Les contact de rétro-signalisations n'ont pas d'adresse déclarées par l'opérateur..
Le premier module de 8 adresses par exemple portera l'adresse 1 contact 1 à 8 le suivant adresse 2 contacts 1 à 8 etc etc.... je n'ai pas d'expérience de platine électronique à 16 contact mais ce qui est sur c'est que si on met deux platines de 8 l'ecos n'accepte pas qu'on lui déclare une adresse de 16 contacts..

Par contre ce que j'ai remarqué c'est que l'on ne peux avoir de "trous" dans les adresse d'aiguillages il doivent être à la suite les uns des autres.
J'avais 18 aiguillages sur ma briqueterie en Oe j'ai voulu recommencer à 20 la première adresse des aiguillages d'un autre réseau HO que je suis en train de construire, ça n'a jamais marché j'ai du adressé la première aiguille à 19 et ainsi de suite.

Voilà ce que je peux te dire de mon expérience
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oups65



Nombre de messages : 16
Age : 70
Localisation : Tournai - Belgique
Loisirs : aquariophilie eau douce, modélisme bien sûr
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Lun 30 Sep - 11:57

Super, merci à vous tous.

je reste cependant dans le brouillard.

les doc ne signalent nulle part que l'on peut avoir la même adresse pour une loco et un canton et une aiguille. La logique voudrait - pour permettre un adressage correct  - que à une seule adresse ne corresponde qu'un seul élément.

Si le S88 est limité à de la rétro, pourquoi LDT propose t'il des équivalents au switchpilot d'ESU pour commander des accessoires ( aiguilles, feux, ..) comme leur S-DEC-4 ? qu'est ce que j'ai mal compris ?

RRTC me demande une adresse digitale pour chaque zone ( ralentissement, arrêt gauche ou droit). C'est juste pour faire joli ?

tout cela me semble un peu trop beaucoup  flou et effectivement, je crois qu'une visite d'étude sur le terrain s'impose.
Digital avec seulement deux fils qu'ils disaient Rolling Eyes

Bernard, merci pour ta proposition. je suis indisponible jusque fin octobre. je te recontacte en direct dès que possible.

à +  
Philippe Oups65/60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard

avatar

Nombre de messages : 2237
Age : 67
Localisation : Sailly lez Lannoy
Emploi : Architecte
Loisirs : Modélisme.... alpinisme...
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Lun 30 Sep - 12:30

Je comprend que tu t'y perd mais toutes les consoles donnent bien le nombre d'adresses pour les locomotives et le nombre d'adresses supportés pour les accessoires... ce qui veut bien dire que l'ensemble n'est pas stocké dans la même série...
Pour notre rencontre fait moi signe quand tu es libre...
Bon train
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean_01
Ignare immobile
avatar

Nombre de messages : 5729
Age : 71
Localisation : Annecy-Le-Vieux
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Lun 30 Sep - 13:20

oups65 a écrit:

les doc ne signalent nulle part que l'on peut avoir la même adresse pour une loco et un canton et une aiguille. La logique voudrait - pour permettre un adressage correct  - que à une seule adresse ne corresponde qu'un seul élément.
Comme dirait la pub, ça, c'était avant. Smile Smile 

Dans les années 90, il fallait faire le distingo. Depuis les matériels ont évolué et font la distinction tout seuls entre les différents types d'adresse.


oups65 a écrit:

Si le S88 est limité à de la rétro, pourquoi LDT propose t'il des équivalents au switchpilot d'ESU pour commander des accessoires ( aiguilles, feux, ..) comme leur S-DEC-4 ? qu'est ce que j'ai mal compris ?
Oui, là, il y a quelque chose que tu as mal compris.

LDT fabrique toutes sortes d'équipements pour le train miniature: décodeurs d'accessoires y compris de plaque tournante et des modules de gestion de la rétrosignalisation. S-DEC-4est un décodeur d'accessoires.
S88 est la désignation d'un bus de rétrosignalisation. C'est le plus ancien du marché, proposé par Marklin il doit y avoir pas loin de 25 ans.
De ton côté, si tu choisis Ecoslink et Ecosdetector pour ta rétrosignalisation, tu ne choisis vraiment pas la solution la plus économique, sachant, en outre, que le Railcom ne te sera utile que pour automatiser le passage entre des zones du réseau gérées manuellement et les zones gérées par TrainController.

oups65 a écrit:

RRTC me demande une adresse digitale pour chaque zone (ralentissement, arrêt gauche ou droit). C'est juste pour faire joli ?
Quelle version de RRTC utilises-tu qui te demande une adresse digitale pour chaque zone de rétrosignalisation?
Si ma mémoire est bonne, la notion d'indicateur combiné de ralentissement et d'arrêt (ce qui permet de n'avoir qu'une seule zone rétrosignalée par canton) est apparue avec la version 5.5 de RRTC, ce qui doit faire pas loin d'une dizaine d'années. Smile 

Voilà quelques informations qui vont te faire patienter jusqu'à ta visite sur le terrain.

Jean Smile Smile

_________________
V5.8, V7F1 à F8, V8A3 à G2 Gold (Silver), V9 Gold (Silver) Intellibox I et S88, DCC,  PC sous W7(64 bits)
Beta en test de TC et en lecture de bouquins :-)))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.numericable.fr/dagron.jean
DiCoS69

avatar

Nombre de messages : 10992
Age : 71
Localisation : Haut Beaujolais 69
Emploi : Retraité
Loisirs : Tous loisirs techniques
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Lun 30 Sep - 14:25

oups65 a écrit:


les doc ne signalent nulle part que l'on peut avoir la même adresse pour une loco et un canton et une aiguille. La logique voudrait - pour permettre un adressage correct  - que à une seule adresse ne corresponde qu'un seul élément.
Juste en complément du post de Jean, pour tenter de t'éclaircir les idées...
Locomotives et accessoires sont traités différemment au niveau du codage des paquets d'instructions, disons qu'ils ont un indicatif différent, comme par ex. pour la numérotation téléphonique de chaque pays.
En ce qui concerne les cantons, ils sont reliés à la rétrosignalisation qui est traitée totalement à part vu que c'est un retour d'informations, et non pas une commande d'actions, ce n'est donc pas la même ligne qui est utilisée, et ces informations ne circulent pas dans les rails, mais par une ligne de bus dédiée.
Il en existe plusieurs, l'Ecoslink en est un, mais, ce peut être le S88, ou le bus RS de Lenz,...etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oups65



Nombre de messages : 16
Age : 70
Localisation : Tournai - Belgique
Loisirs : aquariophilie eau douce, modélisme bien sûr
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Mer 2 Oct - 20:39

Bonjour,
Merci pour ces précisions. Elles m'ont permises de relire les différents posts sous un angle différent.
La météo s'améliore et le fog a tendance à s'estomper.

Ce trop long post pour expliciter ce que j’ai maintenant compris. Désolé, mais j’ai besoin de clarifications avant d’agir.
ndlr : bon d’accord, ces concepts sont sûrement évident pour beaucoup, mais j’y avais effectivement fait un très très très …  léger touillage.

Voici donc le nouveau B A B A  pour les débutants en digital :

En entrée dans la centrale :
…… La rétro-signalisation fait la liaison digitale de la voie vers la centrale.  L’information qui sera utilisée pour le pilotage du réseau correspond à la détection de l’occupation d’une portion de voie ( = un canton). Par exemple : le module de retro-signalisation détecte qu’un train se trouve sur la voie n°1 ( = canton n°1) et le dit à la centrale.
…. C’est possible soit via un bus propriétaire style ESU Ecoslink (performant, stable et fiable) cher, soit via le bus s88N style LDT (satisfaisant si installé  "dans les règles de l'art")  nettement moins cher mais "règles de l'art" à connaître et respecter avec une extrême précision, soit par un mix des deux comme sur la ECOS II.
Leurs adresses digitales sont indépendantes des adresses de commandes ci-dessous. Elles se définissent module par module, RTC travaillant avec 16 adresses par module.
Avec le EcosDetector 50094, j’ai effectivement 16 adresses par module. J’aurai donc les adresses suivantes  : module 1 position 1, module 1 position 2, …etc jusqu’au module 1 position 16, ensuite module2 position 1,  module2 position 2, et ainsi de suite pour mes 7 modules détecteurs.
Dans le cas de l’ECOS II, la connexion de mes 7 modules est parfaite grâce à des connecteurs spécialement étudiés assurant une liaison fiable. Par contre le bus RS88 de cette centrale ne semblait pas être au top. Mais comme signalait un site que j’apprécie : attention aux vieux « bruits » dus aux soucis de lancement, depuis très longtemps maitrisés et résolus.
Il reste vrai, au vu des forums, que le RS88 semble générer objectivement quelques soucis de sensibilité aux interférences, etc … et donc de fiabilité. Cela semble ou marcher sans soucis  ou avec des soucis de temps en temps ou générer des problèmes sans fin.
Dans le cas de LDT : les modules RM-GB-8-N n’ont que 8 positions. Pas de soucis, il suffira d’attribuer deux modules de 8 à la place de un de 16.
Pour la liaison, LDT fournit des kits aux nouvelles normes RS88 N.  Cette norme « N » ( rien à voir avec notre échelle N) est annoncée comme améliorant nettement les problèmes d’interférence , de connexion (, etc  ….. quel que soit le mot utilisé)  propre au RS88 en utilisant des connecteurs RJ45. Les problèmes liés au RS88 (sans N)  étaient très actuels à en juger par les divers post récents. Résolus par cette nouvelle norme ?  
Dans tous les cas de figures, reste le souci de fiabilité pouvant justifier – ou non – le choix d’un système nettement plus cher que le RS88N.  Et s’il faut investir dans un système, autant avoir la garantie de performance et de non soucis.

En sortie de la centrale :
…… Une sortie digitale spécifique fait  la liaison inverse. Elle envoie des ordres aux modules capables de les comprendre. Cette sortie est totalement indépendante des entrées de rétro-signalisation.
... On peut augmenter la puissance digitale du circuit de sortie de la centrale en insérant un booster entre la centrale et les utilisateurs d'ordres de commande (trains, aiguilles, accessoires).
…….. Chaque récepteur doit avoir une adresse digitale qui lui est propre et unique  ( décodeur dans  loco ou bobines d’aiguillage ou servomoteur ou feu signalisation ou  lampe ou … ).
…  Cette sortie digitale commandera d’abord  la marche des locos par les ordres qu’elle enverra via la voie à chaque décodeur installé dans les locos. La voie ne sert donc que de transit à l’ordre.
... Le module de commande des aiguilles se branche en parallèle sur cette sortie. Ce module ne sert que de transit à l’ordre, un peu comme fait la voie.  Ici, le choix du module (hors Lenz) est libre et logiquement  à aspect économique. Je note que le switchpilot d'ESU est moins cher que le module  de LDT.
……  Les deux bobines commandant une aiguille ( droit-dévié) ne sont considérées que comme faisant un seul « moteur » digital.  Ce « moteur » digital d’aiguille doit avoir sa propre unique adresse digitale différente des autres ( locos ou accessoires).
……. Un module peut commander 4 doubles bobines d’aiguillage.  Une double bobine (droit/dévié) correspond à UN « moteur » digital.  
Il faut cependant faire la différence entre les 4 adresses de ces « moteurs »  digital d’aiguilles et les paramètres du module qui les commande.
Ce module joue finalement le même rôle de transit que vu ci-dessus pour la voie. C’est un peu comme si ce module avait 4 décodeurs de locos dans un même boitier. En réalité, physiquement, c’est de 2 X 4 décodeurs qu’il s’agit car chaque aiguille a l’équivalent de 2 bobines (droit-dévié) à piloter, chaque paire de décodeurs (droit-dévié) commandant chaque paire de bobines étant inséparablement liées sous une même et seule adresse digitale. Finalement, pour la centrale, c’est comme si on n’avait que  4 (« double ») décodeurs digital et donc seulement 4 « moteurs » digital  et donc 4 adresses. C’est la centrale qui fera automatiquement le basculement droit/dévié.
La complication vient du fait que l’on ne peut pas définir librement les adresses des 4 « moteurs » digital et les paramètres du module de commande correspondant.  Ils sont liés. Exemple: je veux utiliser les adresses des 4 « moteurs » digital  sous les n°253, 254, 255, 256. C’est possible à condition que leur module qui les pilote aie obligatoirement les paramètres imposés 64,CV1 : 0, CV2 : 1.
Diverses tables de correspondance existent. Le mode d’emploi de l’ESU Switchpilot en donne une au chapitre 8.2.1
Un peu délicat à comprendre, mais  pas insurmontable.
Rappel : pas question d’avoir un décodeur de loco avec l’adresse digitale 253 si cette adresse est utilisée pour une aiguille comme dans l’exemple ci-dessus.

….. Les bobines d’aiguilles peuvent être alimentées par le système digital, s'il est assez puissant. C'est ici que peut intervenir un transfo extérieur - totalement indépendant du circuit digital - apportant un surcroit de puissance électrique permettant de faire fonctionner les moteurs des aiguilles sans épuiser le circuit digital. Il se branche sur des bornes spécifiques du module de commande. Tous les modules performant permettent cette possibilité. Si j’ai bien compris, c’est surtout intéressant pour les moteurs PECO très gourmand en énergie électrique.
... Les autres accessoires sont digitalement commandés comme pour les aiguilles, avec des modules  identiques ou spécifiques à l’accessoire comme pour un moteur lent.  Le raisonnement reste le même pour leurs adresses digitales.  Par exemple, un feu bicolore correspond à un aiguillage où les feux rouge et vert liés correspondent aux deux bobines liées d’un même aiguillage. Un feu rouge/vert aura donc pour la centrale une seule et même adresse digitale, liés selon la fameuse table à son module de commande.
Ex : dans ce qui a été dit dans l’exemple ci-dessus, l’adresse 256 pourrait être non pas l’adresse d’une aiguille, mais l’adresse d’un feu bi-color piloté  par le module dont les paramètres sont obligatoirement 64, CV :0, CV2 : 1. Dans ce cas, le basculement rouge/vert sera piloté automatiquement par la centrale.


…. Cela revient aussi à dire que , en cas de réseau un peu important, cette unique sortie digitale de la centrale sera surchargée de circuits branchés en parallèle. Dans mon cas, je devrais avoir 37 switchpilot à brancher en parallèle.  Cela fera un peu arbre de Noël. Une vraiment très bonne boite de dérivation avec des connexions parfaites sera indispensable dans tous les cas.
Potentielle usine à gaz, oui !
C’est surprenant.... voire carrément stupéfiant vu les sommes engagées.

…. Les dernières notes :
L'option Lenz impose d'utiliser exclusivement du matériel spécialisé dans leur format propriétaire ( aussi très partiellement disponible chez LDT).
Et aussi, pour éviter trop de soucis, il vaut peut-être  mieux ne pas faire trop de panachages entre trop de marques différentes.

Concernant RRTC :
J'utilise la toute dernière version gold toujours en démo car je n’ai encore ni centrale, ni voie physique.
J’apprécie la souplesse de dessin du TCO de ce programme très convivial, d’autant que sa traduction française complète admirablement les explications du site de Jean01. J’aime assez la clarté obtenue par la possibilité d’avoir des sections de couleurs différentes. Je regrette par contre la visibilité nulle d’un canton posé sur un rail en diagonale.
Mon TCO avance doucettement. Pour le reste, j’attendrai d’avoir mon réseau physique pour juger.
Pour clarifier mon propos concernant les adresses digitales à encoder dans RTC, voici un print écran :



La création d'un indicateur dans un canton demande l'encodage d'une adresse digitale.
Pour une section banalisée, si je veux (c'est mon choix) 3 indicateurs (ralentissement, arrêt gauche et droit) et j'ai donc besoin de 3 adresses de retro-signalisation dans RRTC.
Il m'en faut 2 adresses digitales supplémentaires pour les 2 Feux intégrés par RRTC à chaque extrémité du canton.
Heureusement, la moitié de mon réseau est à sens unique et ne demandera dès lors que 3 adresses digitales (ralentissement, un arrêt et un feu intégré correspondant).

Alors, suis-je déjà mieux dans mon niveau de compréhension ……………  ou pédale je encore trop  dans la semoule ?

Ceci ne me dispensant évidemment pas d’une analyse pertinente sur le terrain telle que gentiment proposé par Bernard.

Pour terminer une petite question : peut- on utiliser une station à décharge capacitive telle que la 805303 de FB-SYSTEM  intercalée entre le transfo puissance et les bornes PWA et PWB  des Switchtpilots sans détruire ces derniers ?  Mes moteurs d’aiguilles seront des SEP PM-1, pas cher et ayant des contacts supplémentaires utilisables pour la gestion des cœurs d’aiguilles electrofog PECO 55.


Vous êtes arrivés à lire jusqu'ici ? Bravo.
alors, merci pour vos rectifications, précisions et commentaires.

À +
Oups65/60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olid

avatar

Nombre de messages : 279
Localisation : Tonneins Lot & Garonne
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Mer 2 Oct - 21:42

3 indicateurs (ralentissement, arrêt gauche et droit) et j'ai donc besoin de 3 adresses de retro-signalisation dans RRTC. a écrit:
Non, un contact de rétro physique suffit. Les indicateurs de freinage et d"arrêt liés à ce contact de retro assureront le ralentissement et l'arrêt du train a l'endroit désiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DiCoS69

avatar

Nombre de messages : 10992
Age : 71
Localisation : Haut Beaujolais 69
Emploi : Retraité
Loisirs : Tous loisirs techniques
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 0:48

Les rectifs et autres appréciations sont en couleur dans le texte...

oups65 a écrit:
Bonjour,
Merci pour ces précisions. Elles m'ont permises de relire les différents posts sous un angle différent.
La météo s'améliore et le fog a tendance à s'estomper.

Ce trop long post pour expliciter ce que j’ai maintenant compris. Désolé, mais j’ai besoin de clarifications avant d’agir.
ndlr : bon d’accord, ces concepts sont sûrement évident pour beaucoup, mais j’y avais effectivement fait un très très très …  léger touillage.

Voici donc le nouveau B A B A  pour les débutants en digital :

En entrée dans la centrale :
…… La rétro-signalisation fait la liaison digitale de la voie vers la centrale.  L’information qui sera utilisée pour le pilotage du réseau correspond à la détection de l’occupation d’une portion de voie ( = un canton). Par exemple : le module de retro-signalisation détecte qu’un train se trouve sur la voie n°1 ( = canton n°1) et le dit à la centrale.
…. C’est possible soit via un bus propriétaire style ESU Ecoslink (performant, stable et fiable) cher, soit via le bus s88N style LDT (satisfaisant si installé  "dans les règles de l'art")  nettement moins cher mais "règles de l'art" à connaître et respecter avec une extrême précision, soit par un mix des deux comme sur la ECOS II.
Il n'est pas obligatoire de passer par la centrale pour une rétrosignalisation utilisée avec un logiciel de pilotage réseau.
La marque LDT propose un module HSI88 très répandu, se connectant au PC et permettant au logiciel de traiter directement l'information.
Ceci est une alternative qui, associée à une centrale moins coûteuse est tout à fait suffisante pour la commande du réseau par logiciel.
A noter que la marque Lenz utilise un bus également très fiable appelé RS.

Leurs adresses digitales sont indépendantes des adresses de commandes ci-dessous. Elles se définissent module par module, RTC travaillant avec 16 adresses par module.
Avec le EcosDetector 50094, j’ai effectivement 16 adresses par module. J’aurai donc les adresses suivantes  : module 1 position 1, module 1 position 2, …etc jusqu’au module 1 position 16, ensuite module2 position 1,  module2 position 2, et ainsi de suite pour mes 7 modules détecteurs.
Dans le cas de l’ECOS II, la connexion de mes 7 modules est parfaite grâce à des connecteurs spécialement étudiés assurant une liaison fiable. Par contre le bus S88 de cette centrale ne semblait pas être au top. Mais comme signalait un site que j’apprécie : attention aux vieux « bruits » dus aux soucis de lancement, depuis très longtemps maitrisés et résolus.
Il reste vrai, au vu des forums, que le S88 semble générer objectivement quelques soucis de sensibilité aux interférences, etc … et donc de fiabilité. Cela semble ou marcher sans soucis  ou avec des soucis de temps en temps ou générer des problèmes sans fin.
Dans le cas de LDT : les modules RM-GB-8-N n’ont que 8 positions. Pas de soucis, il suffira d’attribuer deux modules de 8 à la place de un de 16.
Pour la liaison, LDT fournit des kits aux nouvelles normes S88 N.  Cette norme « N » ( rien à voir avec notre échelle N) est annoncée comme améliorant nettement les problèmes d’interférence , de connexion (, etc  ….. quel que soit le mot utilisé)  propre au S88 en utilisant des connecteurs RJ45 et des câbles blindés. Les problèmes liés au S88 (sans N)  étaient très actuels à en juger par les divers post récents. Résolus par cette nouvelle norme ?  
Dans tous les cas de figures, reste le souci de fiabilité pouvant justifier – ou non – le choix d’un système nettement plus cher que le S88N.  Et s’il faut investir dans un système, autant avoir la garantie de performance et de non soucis.
nota : il s'agit de S88 et non pas de RS88... j'ai rectifié...
En sortie de la centrale :
…… Une sortie digitale spécifique fait  la liaison inverse. Elle envoie des ordres aux modules capables de les comprendre. Cette sortie est totalement indépendante des entrées de rétro-signalisation.
... On peut augmenter la puissance digitale du circuit de sortie de la centrale en insérant un booster entre la centrale et les utilisateurs d'ordres de commande (trains, aiguilles, accessoires). La centrale est elle-même équipée d'un booster interne, ajouter des boosters multiplie les lignes de sortie, chaque booster ayant en charge une partie du réseau.
…….. Chaque récepteur doit avoir une adresse digitale qui lui est propre et unique  ( décodeur dans  loco ou bobines d’aiguillage ou servomoteur ou feu signalisation ou  lampe ou … ).
…  Cette sortie digitale commandera d’abord  la marche des locos par les ordres qu’elle enverra via la voie à chaque décodeur installé dans les locos. La voie ne sert donc que de transit à l’ordre.Et aussi de fournisseur d'énergie pour les moteurs...d'où l'utilisation de boosters (amplis de puissance)
... Le module de commande des aiguilles se branche en parallèle sur cette sortie. Ce module ne sert que de transit à l’ordre, un peu comme fait la voie.  Ici, le choix du module (hors Lenz)(Pourquoi ?) est libre et logiquement  à aspect économique. Je note que le switchpilot d'ESU est moins cher que le module  de LDT.
……  Les deux bobines commandant une aiguille ( droit-dévié) ne sont considérées que comme faisant un seul « moteur » digital.  Ce « moteur » digital d’aiguille doit avoir sa propre unique adresse digitale différente des autres ( locos ou accessoires).Non, un moteur d'aiguille est aussi un accessoire et n'est pas obligatoirement avec bobines (solénoïdes). Ce n'est pas non plus le moteur qui a une adresse, mais la sortie du décodeur d'accessoires qui le commande.
……. Un module peut commander 4 doubles bobines d’aiguillage.  Une double bobine (droit/dévié) correspond à UN « moteur » digital.  
Il faut cependant faire la différence entre les 4 adresses de ces « moteurs »  digital d’aiguilles et les paramètres du module qui les commande.
Ce module joue finalement le même rôle de transit que vu ci-dessus pour la voie. C’est un peu comme si ce module avait 4 décodeurs de locos dans un même boitier. En réalité, physiquement, c’est de 2 X 4 décodeurs qu’il s’agit car chaque aiguille a l’équivalent de 2 bobines (droit-dévié) à piloter, chaque paire de décodeurs (droit-dévié) commandant chaque paire de bobines étant inséparablement liées sous une même et seule adresse digitale. Finalement, pour la centrale, c’est comme si on n’avait que  4 (« double ») décodeurs digital et donc seulement 4 « moteurs » digital  et donc 4 adresses. C’est la centrale qui fera automatiquement le basculement droit/dévié.
La complication vient du fait que l’on ne peut pas définir librement les adresses des 4 « moteurs » digital et les paramètres du module de commande correspondant.  Ils sont liés. Exemple: je veux utiliser les adresses des 4 « moteurs » digital  sous les n°253, 254, 255, 256. C’est possible à condition que leur module qui les pilote aie obligatoirement les paramètres imposés 64,CV1 : 0, CV2 : 1.On peut se demander où tu es allé pêcher ça...!!
Diverses tables de correspondance existent. Le mode d’emploi de l’ESU Switchpilot en donne une au chapitre 8.2.1
Un peu délicat à comprendre, mais  pas insurmontable.
Rappel : pas question d’avoir un décodeur de loco avec l’adresse digitale 253 si cette adresse est utilisée pour une aiguille comme dans l’exemple ci-dessus.C'est totalement faux et tout le paragraphe qui précède est une ineptie.

….. Les bobines d’aiguilles peuvent être alimentées par le système digital, s'il est assez puissant. C'est ici que peut intervenir un transfo extérieur - totalement indépendant du circuit digital - apportant un surcroit de puissance électrique permettant de faire fonctionner les moteurs des aiguilles sans épuiser le circuit digital. Il se branche sur des bornes spécifiques du module de commande. Tous les modules performant permettent cette possibilité. Si j’ai bien compris, c’est surtout intéressant pour les moteurs PECO très gourmand en énergie électrique.
... Les autres accessoires sont digitalement commandés comme pour les aiguilles, avec des modules  identiques ou spécifiques à l’accessoire comme pour un moteur lent.  Le raisonnement reste le même pour leurs adresses digitales.  Par exemple, un feu bicolore correspond à un aiguillage où les feux rouge et vert liés correspondent aux deux bobines liées d’un même aiguillage. Un feu rouge/vert aura donc pour la centrale une seule et même adresse digitale, liés selon la fameuse table à son module de commande.
Ex : dans ce qui a été dit dans l’exemple ci-dessus, l’adresse 256 pourrait être non pas l’adresse d’une aiguille, mais l’adresse d’un feu bi-color piloté  par le module dont les paramètres sont obligatoirement 64, CV :0, CV2 : 1. Dans ce cas, le basculement rouge/vert sera piloté automatiquement par la centrale.Même remarque que précédemment...


…. Cela revient aussi à dire que , en cas de réseau un peu important, cette unique sortie digitale de la centrale sera surchargée de circuits branchés en parallèle. Dans mon cas, je devrais avoir 37 switchpilot à brancher en parallèle.  Cela fera un peu arbre de Noël. Une vraiment très bonne boite de dérivation avec des connexions parfaites sera indispensable dans tous les cas.
Potentielle usine à gaz, oui !
C’est surprenant.... voire carrément stupéfiant vu les sommes engagées.Il faut vraiment faire quelque chose... affraid Laughing 
Il est coutumier de créer un "feeder" (2 fils de section confortable) faisant le tour du réseau et sur lequel sont repris les alimentations aux emplacement qui vont bien


…. Les dernières notes :
L'option Lenz impose d'utiliser exclusivement du matériel spécialisé dans leur format propriétaire ( aussi très partiellement disponible chez LDT).
Ce n'est valable que pour la rétrosignalisation ou le raccordement de boitiers de commande manuels, au même titre que l'Ecoslink ou le loconet...
Et aussi, pour éviter trop de soucis, il vaut peut-être  mieux ne pas faire trop de panachages entre trop de marques différentes.Encore une affirmation totalement fausse. Tous les matériels européens estampillés DCC sont compatibles entre eux à de rares exceptions près

Concernant RRTC :
J'utilise la toute dernière version gold toujours en démo car je n’ai encore ni centrale, ni voie physique.
J’apprécie la souplesse de dessin du TCO de ce programme très convivial, d’autant que sa traduction française complète admirablement les explications du site de Jean01. J’aime assez la clarté obtenue par la possibilité d’avoir des sections de couleurs différentes. Je regrette par contre la visibilité nulle d’un canton posé sur un rail en diagonale.
Mon TCO avance doucettement. Pour le reste, j’attendrai d’avoir mon réseau physique pour juger.
Pour clarifier mon propos concernant les adresses digitales à encoder dans RTC, voici un print écran :



La création d'un indicateur dans un canton demande l'encodage d'une adresse digitale.
Pour une section banalisée, si je veux (c'est mon choix) 3 indicateurs (ralentissement, arrêt gauche et droit) et j'ai donc besoin de 3 adresses de retro-signalisation dans RRTC.
Il m'en faut 2 adresses digitales supplémentaires pour les 2 Feux intégrés par RRTC à chaque extrémité du canton.Les feux de canton ne sont que des indicateurs de gestion interne.
Heureusement, la moitié de mon réseau est à sens unique et ne demandera dès lors que 3 adresses digitales (ralentissement, un arrêt et un feu intégré correspondant).

Alors, suis-je déjà mieux dans mon niveau de compréhension ……………  ou pédale je encore trop  dans la semoule ?
Certaines parties sont bien assimilées, mais, d'autres, pas du tout...

Ceci ne me dispensant évidemment pas d’une analyse pertinente sur le terrain telle que gentiment proposé par Bernard.

Pour terminer une petite question : peut- on utiliser une station à décharge capacitive telle que la 805303 de FB-SYSTEM  intercalée entre le transfo puissance et les bornes PWA et PWB  des Switchtpilots sans détruire ces derniers ?  Mes moteurs d’aiguilles seront des SEP PM-1, pas cher et ayant des contacts supplémentaires utilisables pour la gestion des cœurs d’aiguilles electrofog PECO 55.Ce n'est pas le meilleur choix, surtout en N.


Vous êtes arrivés à lire jusqu'ici ? Bravo.
alors,  merci pour vos rectifications, précisions et commentaires.

Ouais, mais ne nous en refait pas une comme ça...

À +
Oups65/60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oups65



Nombre de messages : 16
Age : 70
Localisation : Tournai - Belgique
Loisirs : aquariophilie eau douce, modélisme bien sûr
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 6:47

Promis.
merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rico

avatar

Nombre de messages : 5670
Age : 53
Localisation : Région de Vitré (35)
Emploi : Formation technique en automatismes
Loisirs : Train HO et bricolage en tout genre
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 7:06

Et bien, j'ai réussi à lire en diagonale. Il reste un bon nombre d'affirmations erronées.

Les adresses accessoires et locomotives sont indépendantes donc peuvent être en doublon.

Un canton c'est un contact de rétro. Selon le type de signalisation utilisée, un contact supplémentaire derrière le signal peut être utile, ne pas le négliger quand même.

La prochaine fois, soit plus concis, car j'ai mal à la tête maintenant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bvaldo



Nombre de messages : 592
Age : 80
Localisation : Morbihan
Emploi : Retraité
Loisirs : Photo-numérique, Vieux papiers,
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 7:53

J'ai bien peur qu'un débutant "ab initio" cherchant des infos basiques pour imaginer son réseau futur ne soit complétement perdu à la lecture de cette théorie qui aurait - AMHA - plus sa place dans une revue généraliste que sur ce forum dédié à RTCC.

Bref, je suis venu, j'ai lu, je ne suis pas convaincu comme dirait César.

Mais ce n'est que mon avis, étant plus concentré vers la pratique de construction et de mise en oeuvre que vers des théories pas toujours validées par les Experts de ce forum.

Désolé pour ma franchise primaire.


Dernière édition par Bvaldo le Jeu 3 Oct - 9:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitole
Un mini-canton sinon rien
avatar

Nombre de messages : 2959
Age : 65
Localisation : Région Toulousaine
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 8:07

Bonjour.

Philippe, tu as fait un grand pas en avant, quelques erreurs semblent garder leurs places de façon importantes. Les collègues t'ont donné pas mal d'informations à revoir.
Je vais juste insister sur quelques points :
-1) Ne pas compter sur le S88 de L'Ecos si le nombre de canton est important, car même si cette centrale a évolué, sa structure interne est toujours la même, donc si tu fais ce choix, prévoir une HSI88 qui fera la relation entre bus S88 et le PC donc RRTC.
-2) Les adresses loco, accessoires et rétro-signalisation, n'ont rien à voir entre-elles et sont trois séries d'adresses totalement indépendantes. Donc les locos peuvent aller de 1 à + de 16000 pour l'Ecos.
De même les adresses accessoires peuvent très bien commencer à 1.
Quand aux adresses rétro avec du S88 on commencera obligatoirement à 1.
Donc pour reprendre ton adresse 253, celle-ci pourra très bien être attribuée à une loco et à un accessoire en même temps, sans pour cela causer de problème.

Au niveau puissance, tu peux très bien comme je l'ai fait commander tes Switchpilot's par la sortie de la centrale, et rajouter un booster pour commander le réseau.

Quand au indicateurs dans les cantons, inutile d'en mettre 3 sauf si tu tiens à jeter l'argent par les fenêtres, 1 seul indicateur suffit amplement même avec une voie banalisée, RRTC est très performant de ce côté là.

Comme les copains l'on déjà signalé, la prochaine fois, n'aborde qu'un problème à la fois, la réponse sera plus facile, et tu assimileras beaucoup mieux, car là tout est confus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean_01
Ignare immobile
avatar

Nombre de messages : 5729
Age : 71
Localisation : Annecy-Le-Vieux
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 12:22

Je serais peut être méchant mais manifestement tu n'as pas compris du tout les histoires d'adresses dans le système digital.

Tu ne devrais retenir qu'une seule chose: tu n'as pas plus besoin de comprendre ça que de savoir par le menu comment est programmée la carte électronique qui gère l'injection sur le moteur de ta voiture.

En résumé, que ce soit pour les locos, ou les accessoires (feux, aiguillages, éclairage ... tous ne sont que des accessoires), tu peux utiliser les adresses 1 à xxxxx et peu importe qu'une loco et une aiguille utilisent la même adresse.

Pour TC, comme il t'a déjà été dit, oublie les 3 zones de rétrosignalisation par canton et dépense ton budget pour autre chose. Cela ne sert strictement à rien et va même te compliquer la vie le jour où tu voudras faire des arrêts différenciés selon les trains circulant dans tes cantons. Arrêts différenciés, c'est par exemple, arrêter les trains de voyageurs en milieu de quai et les marchandises au pied du signal. Cela peut être aussi stopper en milieu de quai s'il s'agit d'un arrêt programmé ou en bout de quai lorsque le train s'arrête parce que le canton suivant est occupé.

Si tu veux vraiment dépenser de l'argent en modules de rétrosignalisation, essaye plutôt de voir si tu ne pourrais pas ajouter des cantons, ce qui aurait pour effet de fluidifier tes futures circulations. Si ton réseau physique correspond à ton TCO, je vois des portions de voie où l'ajout d'un canton serait une bonne idée.

Jean

_________________
V5.8, V7F1 à F8, V8A3 à G2 Gold (Silver), V9 Gold (Silver) Intellibox I et S88, DCC,  PC sous W7(64 bits)
Beta en test de TC et en lecture de bouquins :-)))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.numericable.fr/dagron.jean
Bernard

avatar

Nombre de messages : 2237
Age : 67
Localisation : Sailly lez Lannoy
Emploi : Architecte
Loisirs : Modélisme.... alpinisme...
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   Jeu 3 Oct - 12:53

Notre ami oups65 se pose me semble t'il bien trop de question....
Nous n'habitons qu'a quelques Km l'un de l'autre de part et d'autres de la frontière et nous devons toujours nous rencontrer.
Je pense qu'il va être à la fois ravi car mes trains tournent et c'est magique et déçu car il y plein de question s existentielles que je ne me suis jamais posées....
J'en ai rencontré en expo et au club qui n'ont jamais pratiqué le digital, ont tout lu, tout mélangé et en brosse un tableau pas vraiment idyllique voir tellement noir que d'aucun ne sont pas près de franchir le pas.....
En fait le digital c'est très simple il faut pratiqué et en parlé après
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ESU : adresses dans la station ECOS II 50200   

Revenir en haut Aller en bas
 
ESU : adresses dans la station ECOS II 50200
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ESU : adresses dans la station ECOS II 50200
» PC-RRTC-HSI-CENTRALE STATION ECOS 2
» PC-RRTC-HSI-CENTRALE STATION ECOS 2
» Recuperation du TCO de l'ecos
» Adresses IP erronées dans le panneau d'administration.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tout sur TrainController™ :: RRTC :: Détection et suivi des Trains.-
Sauter vers: